Le plan d’épargne retraite (PER) pour réduire votre impôt sur le revenu

16/09/2022

Partagez l'article

Préparer votre retraite avec un Plan d’épargne retraite (PER) n’est pas seulement un investissement pour votre fin de carrière, mais aussi une façon de payer moins d’impôts, et ce, dès aujourd’hui. Explications.

Versements : quel montant peut être déduit de l’impôt sur le revenu ?

Le plan d’épargne retraite est un produit d’épargne que vous alimentez via des versements. Ces versements peuvent être déduits de l’impôt sur le revenu, dans la limite d’un certain plafond. 

En 2022, ce plafond est de :

  • 10 % des revenus d’activité professionnelle de l’année 2021 nets de cotisations sociales et de frais professionnels, retenus dans la limite de 8 fois le Plafond Annuel de Sécurité Sociale (PASS) de l’année civile 2021, soit un maximum de 32 909 
  • ou 10 % du Plafond Annuel de Sécurité sociale de l’année civile 2021, soit 4 114 €.

Si vous êtes un travailleur non salarié, ce plafond est égal au montant le plus élevé entre ces 2 formules : 

  • 10 % de la fraction du bénéfice imposable (avant déduction des cotisations et des primes facultatives) retenu dans la limite de 8 plafonds annuels de Sécurité sociale, auxquels s’ajoutent 15 % supplémentaires sur la fraction de ce bénéfice comprise entre 1 plafond et 8 plafonds annuels de Sécurité sociale (soit un maximum de 76 102 € pour 2022) ;
  • ou 10 % du montant du plafond annuel de Sécurité sociale (soit un minimum de 4 114 € pour 2022).

Comment calculer l’avantage fiscal d’un PER ?

Pour calculer l’avantage fiscal d’un PER, vous devez prendre en compte : 

  • vos revenus nets imposables ;
  • le montant de votre impôt sur le revenu. 

Le revenu net imposable correspond à votre revenu, diminué des abattements, charges et abattements spéciaux (pour les personnes âgées ou invalides notamment). Cette somme est indiquée sur votre fiche de paie et constitue la base de calcul de votre impôt sur les revenus. 

Le barème de 2022 sur les revenus 2021 est le suivant : 

Par exemple, un célibataire qui a gagné 100 000 € en 2021, paie l’impôt sur les revenus comme suit : 

  • 0 € pour la première tranche
  • 1 742,84 € pour la tranche à 11 %
  • 14 542,20 € pour la tranche à 30 %
  • 10 436,14 € pour la tranche à 41 %

Soit un total de 26 722 €. S’il verse 10 000 € de ses revenus sur un PER, son revenu imposable passe à 90 000 €. Il réalise une économie d’impôt égale à 4 100 € (10 000 x 41 %). 

Astuce

Si avec quelques euros en moins, vous pouvez passer d’une tranche d’imposition élevée à une tranche plus basse, n’hésitez pas à verser cette somme sur un PER. Par exemple, si vous avez gagné 75 000 € en 2021, il vous suffit de verser 454 € sur un PER, en 2022, pour passer de la tranche marginale d’imposition de 41 % à celle de 30 % et réaliser une économie d’impôt de 187 €.

Quelle fiscalité à la sortie d’un PER ?

Si les versements viennent diminuer le revenu imposable, le PER reste imposable à la sortie. Tout l’enjeu est alors d’optimiser le différé d’impôt et de faire fructifier votre épargne pour tirer pleinement profit du PER.

Par exemple, si vous épargnez 1 000 € imposés à 41 % sur une année, dans un PER, vous économisez 410 € d’impôt. Au moment de la liquidation de votre PER, si la baisse de vos revenus, liée au passage à la retraite, vous fait passer à un taux marginal d’imposition de 30 %, vous récupérez vos 1 000 € et payerez 300 € d’impôt sur le revenu. L’économie réelle est donc de 110 €. 

Si vous effectuez régulièrement des versements sur votre PER et que vous faites fructifier votre épargne, vous mettez toutes les chances de votre côté pour réaliser de plus grandes économies d’impôts et obtenir de plus gros gains. 

Lisez notre article PER et impôt pour en savoir plus.

 

J'identifie mes besoins et demande à être rappelé pour souscrire un contrat d’assurance vie