Plan épargne retraite et impôt : on vous explique tout !

02/08/2022

Partagez l'article

Si vous êtes dans une tranche d’imposition de 30 % ou plus par an, le plan d’épargne retraite (PER) est le produit phare pour préparer votre retraite. Vous pouvez souscrire un PER de façon individuelle ou bien profiter du dispositif dans votre entreprise, si elle le propose (PER entreprise).

A savoir

Si vous avez souscrit un produit d’épargne retraite qui existait avant le 1er octobre 2020 (Perp, Madelin, Préfon, Corem, CRH, Perco, article 83), vous pouvez transférer votre épargne dans un PER, ainsi que le précise la loi Pacte.

Plan épargne retraite : fonctionnement

Le plan d’épargne retraite individuel (Perin ou PER individuel) peut être souscrit auprès d’un établissement financier ou d’un organisme d’assurance. 

Le plan d’épargne retraite d’entreprise, pour sa part, est proposé par votre entreprise. Il est collectif (Pereco) ou obligatoire (Pero). Dans le plan collectif, les salariés sont libres de souscrire au PER ou non. Dans le plan obligatoire, les salariés concernés par le dispositif sont obligés de souscrire. 

Votre PER peut être alimenté, sous certaines conditions, par :

  • des versements volontaires, effectués par vous-même  ;
  • des versements issus de l’épargne salariale (intéressement, participation, abondement, CET, jours de repos non pris), effectués par votre employeur ;
  • des versements obligatoires (versements réguliers de l’employeur et, éventuellement, du salarié, prévus par le contrat). 

Les versements (parfois appelés cotisations) sont libres et aucune récurrence n’est imposée (ni pour vous, ni pour votre employeur). Dans le Pereco, l’employeur ne peut pas abonder plus de 3 fois le montant que vous avez vous-même versé, ni dépasser 6 582 €.

A noter

Le gestionnaire (établissement financier ou organisme d’assurance) de votre PER (individuel ou d’entreprise) détient par défaut la gestion pilotée de votre épargne. Il doit aussi vous informer, chaque année, de l’évolution de votre compte, de la performance financière des investissements, du montant prélevé pour les frais et des conditions de transfert du plan.

PER et impôt : quelles conditions ? 

Chaque année, les versements volontaires que vous effectuez sur un PER sont déductibles de votre revenu imposable, dans la limite d’un certain plafond. Ce dernier dépend de vos revenus professionnels nets.

Tableau en 2 colonnes : la 1ére indique les montants nets des revenus professionnels, la 2nde indique les plafonds annuels correspondants

 

Vous avez aussi le choix de refuser cette déductibilité, ce qui vous permet de bénéficier d’un avantage fiscal à la sortie.

La fiscalité à la sortie dépend de votre mode de sortie (en rente ou en capital) et des types de versements qui ont alimenté le PER. Chaque compartiment de votre PER dispose de ses propres règles fiscales.

 

La fiscalité du PER à la sortie, selon le mode de sortie et le type de versements

Tableau en 4 colonnes, qui indique la fiscalité des versements selon leur mode de sortie (rente, capital, déblocage anticipé)

* intéressement, participation, abondement, CET, jours de repos non pris.

A noter

Le PER ne peut se liquider qu’à la retraite, sauf dans les cas suivants, où un déblocage anticipé, partiel ou total, est possible : expiration de vos droits aux allocations chômage, invalidité (vous, vos enfants, votre époux/partenaire de Pacs), décès de votre époux/partenaire de Pacs, cessation d’activité non salariée suite à un jugement de liquidation judiciaire, surendettement, acquisition de la résidence principale.

 

Vous souhaitez défiscaliser en épargnant pour votre retraite ? Identifiez vos besoins à la retraite et trouvez le produit retraite adapté à vos projets !